Belle époque

Belle époqueTitre: Belle époque
Auteur: Elizabeth Ross
Editions: Robert Laffont (collection R)
Pages: 396 (+ 14 pages pour la nouvelle de Zola)
Prix: 17, 90€
L’histoire: Paris, 1889. Maude Pichon s’enfuit à 16 ans de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage forcé, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l’exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s’y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d’un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles… pour faire un ouvrage facile. » L’Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le faire-valoir. Étranglée par la misère, Maude postule…

Mon avis: Alors, alors… Je ne peux même pas commencer par vous dire si j’ai aimé ou non ce livre. J’ai trouvé l’histoire très intéressante, j’ai vraiment appris 2-3 trucs. Mais que c’était long
A savoir, l’histoire est tirée d’une nouvelle d’Emile Zola: Les repoussoirs disponible à la fin du livre.
On se retrouve plongé dans un Paris en pleine effervescence, plus précisément à Montparnasse. Avec une héroïne qui découvre un monde sans pitié, sans loi.

Au début j’ai eu énormément de mal à plonger dans les années 1889, ce qui m’a un peu énervé car je suis une grande fan des romans historiques pour ça: être plongé dans l’ancien temps. Mais au fil des chapitres, l’auteur trouve de quoi satisfaire son lecteur. La tour Eiffel est en pleine construction alors entre rivalité Garnier-Eiffel et avis négatif du peuple Elizabeth Ross à su m’apprendre quelques petites choses 🙂 C’est assez fou le nombre de personnes qui trouvaient cette structure moche: « heureusement elle n’est là que 1 an » disaient-ils. Aujourd’hui la Dame de fer est toujours debout et accueille des milliers de visiteurs rêveurs chaque semaine.
De plus, on découvre aussi une autre ingénieuse invention: la photographie. J’ai beaucoup aimé apprendre en même temps que Maude comment fonctionner cette grosse machine !

Au début –et dans la plus grande partie du livre– je n’ai pas supporté Maude, je la trouve d’une naïveté ! C’est surtout certains de ses choix qui m’ont énervé. Mais au fil de son aventure, elle prend confiance en elle et a de plus en plus de répartie.
Quant à Isabelle, ne soyez surpris par son caractère de petite princesse. Pourtant c’est un personnage qui m’a touché, qui sort du moule des riches parisiens à qui l’argent et le pouvoir suffisent. Elle s’est la soif d’apprendre qui l’élève. Son petit côté féministe m’a plu, je ne vous en dis pas plus…

On partait vraiment mal j’étais sur une 3-4/ 10 pour le livre… Certaines scènes pouvaient être super ! Mais au bout de 4-5 pages on passe à autre chose, c’est tellement frustrant !!! Par exemple j’ai bien aimé la petite –très petite– compétition Suzanne/ Maude… D’un page malheureusement… Il y a aussi une scène par dessus toute qui m’a –vraimentexaspéré: Maude durant son jour de congé décide de se perdre dans Paris, entraînée par la foule, elle arrive au Louvre. Et comme de par hasard, elle tombe sur le charmant Paul… L’auteur aurait pu choisir un autre scénario qui amène à la même chose mais de façon beaucoup plus naturel… Alors dernier point « négatif » on a un espèce de triangle amoureux, ridicule. Et encore je ne sais même pas si je pourrais appeler ça comme tel, il n’était vraiment pas obligatoire ce petit détail.
MAIS, au fil des pages la morale prend forme, alors on aime un peu plus ce livre. Les femmes riches louent des femmes moches pour paraître plus belle à leurs côtés. Dieu que c’est absurde ! C’est grâce à ça que Maude accède étroitement à la haute société française. Et elle découvre une terrible vérité: on se lasse de tout, nous n’observons pas ce que l’on possède. On regarde plutôt l’herbe qui nous paraît plus verte, du voisin. Critique faite ici au XIXème siècle et pourtant toujours de plus en plus vraie
J’ai pour le coup beaucoup aimé la fin, un courant d’air frais, bien apprécié. On retrouve la force de l’amour, la force de l’amitié et la force des médiaspoint de plus en plus important de nos jours– et déjà beaucoup avant.

Alors même s’il y a quelques petits bémols, je vous conseille cette lecture originale ! Qui nous plonge dans une société absurde. J’ai entendu de très bons avis sur ce livre, peut-être aussi que j’en attendais trop 😉

Ma note: 6/ 10

xoxo, Jade !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s